Un peu de Gascon

 

L'échasse se dit: chanque

Monter sur échasse: chanca

L'échassier: Lou chancayre ou lou chancat

   Dans tous ces mots le ''ch'' est chuinté et doit se prononcé ''tch'', ce qui explique le fait que l'on trouve l'orthographe: tchanque et tchanquaire.

 

   La chanque consiste essentiellement en une came (jambe), généralement en bern (aulne). La came repose sur le sol par l'intermédiaire d'un espédic (patin). Sur la came ordinairement à 1 mètre ou 1m30, quelquefois 1m70, de l'espédic est fixé le pause pé (repose pied), appelé aussi about, en bois d'ouloùm (orme).

   La jambe de l'échassier est attachée à l'échasse par une courroie fixée au genou: l'arroumère et son pied maintenu sur le pause-pé par une bride réglable. Si cette bride est en cuir c'est l'anère, si elle consiste en un hart léger en bois de châtaigner, c'est le bénalh. Anère et bénalh sont maintenues à l'ouverture voulue par un cugn (coin) et revêtues pour éviter de blesser les pieds de l'échassier, d'un pétricot, morceau de cuir de brebis avec sa laine.

   Suivant la saison l'échassier monte pieds nus, en pissouns ( chaussons de peau, de laine ou de toile épaisse) ou en esclops (sabots).

   Le parfait équipement de l'échassier gardeur de troupeaux comprend: lou pau chanqué ou plus simplement lou pau (bâton), lou sarroun (ou malete), sorte de musette en cuir, lou cujoû (ou cujole), gourde faite d'une courge desséchée et évidée, la potche à tèche (sac à tricot).

   La coiffure du tchancaye est lou berrét (prononcer beurret). Le gileten peau de mouton qu'il porte s'il est long c'est la prisse, s'il est court lou prissoun ou (rauboun)

   En hiver, l'échassier par dessus son pantalon porte des ampèles (bas de laine) ou des trabucs (bas de laine sans pied, mais évasés pour recouvrir les sabots). dans certaines régions, par dessus sa peau de mouton, le berger-échassier porte une pèlerine de laine épaisse blanche ou brune, munie d'un capuchon, c'est la cape ou ( roupe).

   Le berger-échassier est souvent un musicien qui, pour tromper l'ennui des heures et meubler sa solitude, joue sur son pifre ou sur sa tchalamine un air de rondeau sur lequel filles et garçons dansent les soirs d'été.

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !